Rechercher dans ce blog

lundi 25 juillet 2011

Le télétravail is good for you !

Je suis entrain de lire la synthèse qu'a réalisée Pascal Rassat (Cabinet CITICA) sur le télétravail et les tiers-lieux (télécentres, espaces de coworking).  C'est le même qui avait conduit l'étude diligentée par le Conseil Régional d'Aquitaine sur le télétravail en 2008.

La synthèse est très intéressante, claire et bien documentée.  Ajoutée à tout ce qui s'est déjà dit et écrit sur ces thèmes, je ne vois pas bien l'utilité pour M. Besson d'avoir lancé une étude de plus sur ce thème cent fois rebattu.  A ce propos, Philippe Planterose (Pdt de L'AFTT) a publié un billet d'humeur auquel on ne peut que souscrire.

Si dit-on la vérité sur ce thème en France ?  Je n'en suis pas convaincu !

Cela me rappelle d'ailleurs la formule d'un de mes mentors qui me mettait en garde contre certains raccourcis lorsqu'il s'agissait d'introduire une nouveauté :


Vous l'aurez compris, en la matière, les raccourcis dans ce "cycle vertueux de l'adhésion" entraînent souvent des échecs.

  • On explique (plus ou moins bien ...), en considérant que l'autre à compris : est-ce si sûr ?
  • On est sûr qu'il a compris mais est-il convaincu ? pas si sûr !
  • On nous dit être convaincu mais cela implique-t-il qu'on adhère ? pas certain !!
En tous cas, ce n'est pas en multipliant les études qu'on va avancer mieux.  Il me semble préférable  de répondre aux questions inscrites en filigrane dans le "cercle vertueux de l'adhésion":
  • a-t-on bien expliqué les enjeux du télétravail, de l'implantation de tiers-lieux, aux bons acteurs ?
  • les enjeux, avantages, inconvénients ont-ils été bien compris ?
  • les acteurs (entreprises, syndicats, salariés) sont-ils réellement convaincus et sinon pourquoi ?
  • s'ils sont convaincus, adhérent-ils (ou pourquoi n'adhérent-ils pas ?)
Le retard, relatif, que connait la France dans le développement des téléactivités ne s'explique-t-il pas essentiellement pas nos carences habituelles dans le cycle décrit plus haut ?
  • fort de nos traditions dirigistes, on explique en pensant que M. Ipso et Mme Facto adhérent spontanément (autre variation du fameux "l'intendance suivra !")
  • dit autrement, ne souffre-t-on pas également, au moins un peu, du "syndrome Guinness" ? sans avoir vérifié que quelqu'un avait soif ? : le télétravail est bon pour vous !
  • ne voulant pas passer pour des arriérés (en informatique, en développement soutenable ..) chacun prétend être convaincu mais sans avoir vraiment pris la dimension des enjeux (en réalité, on n'a pas compris)
  • quand on est convaincu, on freine des quatre fers en se disant que c'est certainement très bien mais tellement mieux pour/chez les autres !
Pour ma part, je pense que s'il faut dépenser de l'argent public, il devrait être consacré à promouvoir les réalisations existantes et encourager les initiatives privé/public en cours plus qu'à étudier encore et encore un secteur bien documenté.

Cela dit, on a également le droit de ne pas être convaincu ou de ne pas adhérer à cette évolution des conditions d'exercice du travail.

A vos commentaires !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire